La lecture du jour c’est le nouveau livre de Marie Kondo Spark Joy. Vous avez sans doute déjà entendu parler (ou même lu) son premier livre « La magie du rangement » publié en février 2015. Spark Joy n’est pas disponible en français pour le moment (mais je suis sûre que cela ne va pas tarder) alors je l’ai lu en anglais.

Capture

Si dans son premier livre Marie Kondo expliquait son parcours et comment elle était parvenue à trouver une méthode de rangement enfin efficace et qui permettait de ranger sa maison une fois pour toute, sans que jamais ne revienne le désordre (en passant par un désencombrement massif, il n’y a pas de secret), en expliquant aussi comment ce processus était généralement un déclencheur pour d’autres grands changements dans la vie de la personne,  dans ce deuxième volet Spark Joy sous-titré an illustrated Master Class on the Art of Organizing and Tidying Up (en gros: un cours illustré sur l’art d’organiser et de ranger) elle fournit un guide plus précis et détaillé avec des illustrations pour appliquer plus aisément sa méthode dans chaque pièce de la maison.

Pour aller assez vite je vais vous résumer les choses et principes que j’étais contente de trouver dans ce bouquin (elle a visiblement entendu les critiques et demandes des lecteurs du premier opus) toujours écrit de façon très simple, avec un style très fluide qui le rend très agréable à lire:

  • Un peu moins son parcours personnel, mais davantage d’expériences avec certains de ses clients (puisqu’elle est consultante en rangement), ce qui image ses explications de façon efficace.
  • Le principe consiste à se concentrer sur le positif, donc à se concentrer sur ce que l’on aime vraiment. Il ne s’agit pas pour elle de décider de ce dont on doit se débarasser mais plutôt de choisir ce que l’on veut garder, parce que l’utiliser nous apporte de la joie, y compris la joie discrète d’utiliser un objet simple mais efficace qui nous rend service dans des taches quotidiennes, comme par exemple un marteau, un ouvre-boite, etc.
  • Un moyen clair d’identifier cette joie dont elle parle tout au long du livre
  • Se montrer comprehensif vis a vis des autres, de ne pas forcer quelqu’un qui n’est pas prêt mais juste de montrer l’exemple de notre épanouissement pour susciter son intérêt.
  • Questionne le fait de mettre de côté dans une boite un objet qu’on hésite à conserver ou jeter, et voir si on va avoir besoin de lui dans les 3 mois qui viennent (technique souvent évoquée sur tous les blogs consacrés au minimalisme/rangement). Elle recommande de plutôt l’exposer, et voir ainsi si on l’apprécie vraiment. Il sera toujours temps de le retirer plus tard. une version que je trouve intéressante.
  • Exposer ce que l’on aime pour en profiter pleinement. On garde par exemple une jolie broche mais que l’on ne porte jamais. Plutôt que de la laisser au fond d’une boîte, elle propose de l’accrocher à la tige d’un cintre pour en profiter du plaisir de la voir chaque fois que l’on ouvre sa penderie. Même chose pour ces photos préférées qui dorment au fond d’un tiroir…
  • Démonstration de la méthode de pliage grâce à des dessins étape par étape.
  • Chaque pièce de la maison est abordée, une par une avec ses spécificités (comme le fait d’avoir une cuisine dégagée, pour pouvoir la nettoyer plus facilement, etc)
  • Le lien qui peut exister entre un souvenir et un objet est davantage abordé.
  • Etre vigilant à ne pas se retrouver avec une maison vide d’émotion à force de tout enlever. Ce point va tout à fait avec celui qui invite a exposer quelques objets auxquels on tient vraiment et qui provoquent en nous une émotion positive à chaque fois qu’on les voit.

 

1451587533-p108-closet-image

Les point négatifs:

  • Il y a énormément de répétitions par rapport au premier livre, soyons clairs…
  • les dessins mignons ne sont pas si nombreux et le côté enfantin des illustrations (très propre à la culture japonaise selon moi) peut gener certains.
  • on sent qu’elle a nuancé beaucoup de propos par rapport au premier opus, pour « répondre » à la critique (sur le fait de jeter, sur le fait de ne rien garder, etc).

Vous l’aurez compris il y a pour moi, plus de points positifs que de négatifs. J’ai vraiment beaucoup aimé cette vision positive qui est le fil conducteur du livre. Je crois que cela résonnait avec le côté négatif qui m’avait pesé lors du Minsgame tenté le mois dernier, où il ne s’agissait que de se « débarasser » de choses.

Et je trouve qu’en se concentrant ainsi sur le positif, on prend peu à peu conscience de ce a quoi on tient, et pour quelles raison on y tient. Et cela permet de faire le point sur certains souvenirs, de détacher le côté émotionnel de l’objet parfois, mais aussi de realiser ce qu’on aime maintenant, vers quoi on veut tendre, etc. On arrive à une meilleure compréhension de soi-même et en consequence on se satisfait davantage de ce que l’on possède. C’est en tout cas vrai pour moi, et ce pas seulement grace à ce livre, mais plus globalement au fait de posseder moins. C’est cette connaissance de soi-même qui peut amener les changements de vie dont parle Marie Kondo comme résultat ultime de sa méthode, je pense.

12509313_573065099534104_4737745880161380266_n

Au final, après avoir lu ce livre (en juste une seule journée clouée au lit) j’ai fait quelques changements chez moi.

  • J’ai exposé mis plus en valeurs quelques objets auxquels je tiens tout particulièrement. Pas forcément à la vue de tous, car honnêtement, qui a envie de voir un agrandissement d’une des photos prise à notre mariage dans le salon…. mdr, mais dans notre chambre, ou sur un ceintre de mon armoire, etc.
  • je ne mets plus de côté dans un coin de l’armoire des vêtements pendant quelques temps (genre 3 mois) pour voir si je vais en avoir besoin. Soit je leur donne une place de choix encore pendant ces 3 mois, soit je les retire maintenant. Il est un peu bête d’imaginer qu’en cas de besoin, j’irai davantage les chercher dans une boîte que si ils sont sous mon nez. Il en va aussi de même pour les objets.

En conclusion, j’ajouterais juste que si vous n’avez pas lu le premier livre, je vous conseillerais de ne lire que celui-ci qui je pense est amplement suffisant pour comprendre sa méthode. Le premier expliquant en long et en large la méthode, le deuxième est davantage un guide pratique donc autant aller à l’essentiel et ne lire que celui-ci. Pour celles qui ont déjà lu le premier, vous trouverez sans doute des choses interessantes, comme j’en ai moi-même trouvées, mais je ne suis pas sûre que cela vaille le prix d’un livre en première édition aux alentours de 20€…

Intéressé(e) par le minimalisme? Découvrez les autres articles consacrés au désencombrement et au minimalisme:

 

5 Replies to “Lecture – Spark Joy de Marie Kondo

  1. Je n’ai pas lu le premier, bien qu’il m’intéresse beaucoup. Mais si tu dis qu’il vaut mieux prendre le deuxième, je serai patiente ^^ Bien que je me rende compte que j’applique déjà pas mal de chose, depuis pas mal de temps (avant même d’avoir connaissance de toutes ces « tendances »). Mais ce sont toujours des lectures agréables, des petites piqures de rappel 😉

    1. En toute honneteté, tu peux trouver l’essentiel de la méthode konmari expliquée dans le 1 en te balladant sur le web et en lisant quelques articles de bloggeuses à ce propos. Le principe est simple (ne garder que ce qu’on aime) et elle le répète dans tous les sens, en l’illustrant tout au long du premier livre.

  2. Cette notion de joie me plait. Trop souvent, on associe le minimalisme avec un univers clinique, désincarné ……alors que pour moi il s’agit de ne garder que ce qui plait et sert le plus , par exemple j’accorde beaucoup d’importance aux objets qui ont une histoire,´qui sont dans ma famille depuis longtemps et que je trouve beau, et ça me met en joie de les toucher , d’imaginer ce q.ils ont vu …..
    bref pour en revenir au livre , je n’ai pas lu le premier , je ne voyais pas ce qu’il allait m’apporter de plus. Je reste une grande fan de Dominique Loreau. Mais si je trouve le deuxième à bon prix, je suivrai tes conseils

  3. Perhaps the most challenging part of Marie s method for a segment of those who try to adopt her model of organizing is in truly tossing or donating those items that don t spark joy. The urge to keep items that haven t been worn in months or years, just in case, can be overcome by realizing how much time is gained from an organized life.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *