Aujourd’hui, je vais vous parler de shopping mode et objets (pas ce qui est consommable donc)!! Car oui oui, même les minimalistes font du shopping de temps en temps…

En fait en ce qui me concerne, cela fait maintenant un sacré moment que je n’achète jamais plus rien sur un coup de tête (ou presque), au contraire je questionne toujours mon désir d’achat. Quand j’ai envie de quelque chose, j’ai pris l’habitude de me demander si j’en ai vraiment besoin, et si ce n’est pas le cas, pour quelle raison j’en ai envie. Est-ce que je veux remplacer quelque chose que je possède par quelque chose de meilleure qualité, plus durable ou simplement par besoin de renouveau? Si c’est le cas, alors je m’assure de me débarasser de l’ancienne pièce dès que j’ai la nouvelle. je me pose aussi de plus la question de savoir si j’ai besoin de quelque chose de neuf, ou si un objet de deuxième main me conviendra autant.

12698614_584702918370322_4323916107127399477_o

Le plus souvent, quand je prends le temps de noter mon envie, et de laisser mûrir, l’envie disparait d’elle-même. Si elle reste, ou si c’est un besoin alors je commence mon enquête pour trouver la meilleure option possible, l’objet qui correspondra exactement à la fonction que je recherche, avec des matériaux nobles, le vêtement qui m’ira parfaitement. C’est alors un vrai vrai vrai (oui oui, au moins 3x) plaisir, quand on trouve enfin l’objet parfait. Le minimalisme m’a vraiment permis de m’entourer peu à peu d’objets que j’aime vraiment à 100%, même si je dois patienter pour trouver l’objet parfait.

Une autre chose qui a changé dans ma manière de faire du shopping depuis ce changement de style de vie est que je ne suis plus du tout à l’affût des nouvelles collections, des dernières nouveautés, etc. Je me suis désabonnée de toutes les newsletter possibles et imaginables, et je suis encore quelques marques, ou designers de loin, mais sans ressentir le besoin d’être au courant à chaque instant de leurs nouveautés. En fait, je fonctionne différemment maintenant: quand j’ai envie de quelque chose, et que ce n’est pas qu’une simple envie passagère, je vais alors (et seulement à ce moment là) voir sur les sites de marques que j’aime (pour leur style, leur valeurs, leur matières, etc) pour voir si elles proposent un article correspondant à mon besoin/envie. On change de dynamique: on passe de l’offre qui crée l’envie permanente à d’abord un besoin qui amène a étudier l’offre.

Je prends aussi plaisir à aller repérer dans quelques boutiques proches de chez moi, dont j’ai noté qu’elles correspondaient à mes critères. Je ne vais même plus dans les boutiques dont je sais qu’elles ne correspondent pas à mes critères. Par contre dans les autres boutiques, je prends le temps d’essayer, de toucher les matières, de regarder les étiquettes (la provenance du vêtement, les recommandations de lavage), afin d’être totalement sûre de mon achat.

Quand je vais faire du shopping, désormais j’y vais dans l’intention d’acheter un, voire 2 vêtements, mais rarement plus. Tout d’abord parce que je n’ai ni envie, ni besoin de plus, mais aussi parce que l’achat d’un objet va peut-être faire que l’envie du second va être moins grande. Je m’explique (parce que je ne me comprends pas moi-même quand je relis, lol): Si j’ai envie/besoin de 2 ou 3 nouveaux tops, je préfère en acheter d’abord un seul, rentrer chez moi, commencer à le porter avec tous mes autres tops, et voir si j’ai toujours envie/besoin de l’autre ou des autres. Bien souvent, si on choisit bien celui que l’on achète, un seul est suffisant. alors évidemment vous vous en doutez, ce principe ne fonctionne que pour des objets de même catégories car non, aussi parfait soit-il, votre nouveau tshirt ne pourra pas aussi vous servir de rape à fromage, et de réveil-matin…

On peut penser que réfléchir à ce point avant d’acheter coupe tout le plaisir du shopping. Et bien je le vis au contraire un peu comme une chasse au trésor. Quand enfin j’ai trouvé l’objet rêvé c’est un vrai bonheur de me l’offrir, car je sais qu’il est en accord avec mes valeurs, et qu’il va vraiment m’être utile, et qu’il est de qualité donc durera plus longtemps.

Pour ce qui est du shopping dans les boutiques de deuxième main, par contre je ne fonctionne pas du tout de la même façon. J’y vais avec une idée de ce que je veux, mais pas de critères trop précis. Et la je fouine, farfouille et parfois trouve quelques vêtements. Je prends le temps alors de les essayer, car même si un pull ne coute que 3€ et qu’acheter quelque chose qui finalement n’ira pas ne constitute pas un grand risque, je n’achèterai quelque chose que si cela me va! Je l’inspecte bien sous tous les angles pour vérifier qu’il n’y a pas de défaut, d’usure, ou de taches.

Il y a des gens qui ne se fournissent en vêtements et autres objets quasiment uniquement dans les boutiques (ou sites internet) de seconde main. En ce qui me concerne, ce n’est pas quelque chose dont j’ai envie. j’ai plaisir à y acheter certaines choses, mais premièrement je ne trouve pas tout ce dont j’ai besoin (et pourtant ce n’est pas faute de chercher), et deuxièmement, je suis fière de soutenir des entrepreneurs qui ont le courage de changer le système en fonctionnant différemment. Acheter un vêtement ou un objet durable, neuf, fabriqué dans de bonnes conditions c’est aussi envoyer un signal fort que ce sont ces objets que l’on veut voir produire! On contribue aussi en achetant des choses avec le label fair trade au développement de communautés quelque part dans le monde.

Je crois que dans ce questionnement, s’opposent en partie le côté zéro déchet, le côté écolo, le côté éthique. Le deuxième main est définitivement génial pour le côté zéro déchet, et pour réduire son impact sur l’environnement. Mais personnellement continuer à porter du Zara (je ne vise pas spécialement Zara, hein, on se comprend), c’est aussi promouvoir leur marque, même si on l’a acheté en deuxième main.

Bref vous l’aurez compris, je me questionne encore beaucoup (une fois de plus, lol) sur les différents aspects des achats neufs éthiques/ deuxième main… Je ne les oppose pas vraiment mais chacun répondent à des valeurs parfois différentes et il n’est pas facile de tout concilier. J’adorerais avoir vos avis sur cette question, surtout si vous êtes une adepte de l’achat de deuxième main!

12715683_584701678370446_3109761035090524262_n

Après ce loooong blabla, je me dis qu’au final le principal c’est d’essayer de faire des achats conscients qui correspondent à nos valeurs, et de se limiter à ce dont on a vraiment besoin, ou qui résulte d’une vraie envie, une envie réfléchie et non juste une impulsion.

A très bientôt

Emm

4 Replies to “Mes nouvelles habitudes de shopping minimaliste

  1. Je trouve ton approche très très intéressante . De la même façon, j’essaye de privilégier les petits commerçants de quartier. Mais c’est tellement vrai que consommer moins ne veut pas dire juste commencer moins cher

    1. En effet! Bien souvent, en etant très attentif a ce que l’on consomme, on achète des trucs de bien meilleure qualité, ou locaux, qui coutent bien souvent plus cher. Mais au moins on sait où va notre argent! C’est un vrai investissement, mais qui en vaut la peine, je crois.

  2. Merci pour cet article très détaillé 🙂 ! Je trouve aussi qu’on peut trouver des choses de meilleure qualité, et aussi moins chères chez des petits commerçants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *