Les vacances d’été approchent et avec elles arrive parfois la question de savoir ce que l’on va ramener pour soi et pour ses proches, surtout dans le cas d’un voyage à l’étranger.

En fait a-t-on vraiment besoin de ramener quelque chose? quelque chose pour faire quoi? Le but de ces souvenirs est-il de prouver (à qui?) qu’on est allé ici ou là? A-t-on besoin d’un objet pour se rappeler de notre voyage, de nos vacances, des bons moments passés? L’expérience de ce temps passé des vacances, nous a changé donc le souvenir est déjà en nous. On a gagné une plus grande ouverture d’esprit d’avoir découvert une autre culture, on est revenu relaxé de ces vacances tranquilles à la plage, ou plein de vitalité de vacances actives, Peut-être notre goût pour quelque chose s’est développé lors de ces vacances, une certaine forme d’art, un type de cuisine que l’on aura plaisir à reproduire à la maison et pour ceux qu’on aime, l’envie d’apprendre une autre langue ou de mieux la maîtriser, ou même de nouveaux amis qu’on aura plaisir à retrouver à la faveur d’un autre voyage. Toutes ces choses se sont ancrées en nous et font de nous à notre retour une personne différente, parfois de façon très subtile, mais c’est ainsi que le souvenir s’inscrit en nous. Car nous le savons tous, ce sont nos expériences (bonnes ou mauvaises) qui font de nous ce que nous sommes. Dès lors, en gardant cela en tête, le besoin de ramener un « souvenir » de vacances ne semble plus si important. Car le plaisir d’un nouvel objet futile acquis s’estompera vite alors que la transformation intérieure, elle, restera.

Et si l’on a quand-même envie de ramener quelque chose, ces vacances ou ce voyage peut être l’occasion d’acquérir un nouvel objet dont on avait justement besoin. Vous aviez peut-être envie de vous offrir un nouveau bijou pour remplacer un collier « défraîchi », et bien pourquoi ne pas saisir l’occasion de l’acquérir pendant vos vacances si vous tombez sur un petit marché, un créateur local. Vous aurez ainsi plaisir à utiliser, porter cet objet quotidiennement pour ce qu’il est avant tout, et bien plus que juste pour son origine. Le côté « souvenir de vacances » ne sera que la cerise sur le gâteau pour cet objet que vous comptiez de toute façon acquérir tôt ou tard, et qui à une utilité propre autre que seulement vous rappeler votre voyage. Par exemple, lors de notre voyage au Japon l’an dernier nous nous sommes offerts quelques objets très utiles au quotidien (une lunchbox pour Léon, deux bols en porcelaine décorée de motifs traditionnels fabriqués au Japon, une tasse à thé en céramique très fine et délicate faite à la main, des tshirts pour mon mari).

Nous nous sommes également offerts 3 petites statuettes en pierre de Jizo, qui selon les croyances bouddhistes sont des représentations du Bouddha et dont la présence rappelle que l’on peut à tout moment être reconnaissant envers  ce qui nous entoure. Comme un rappel constant que l’on peut au quotidien s’efforcer de devenir une meilleure personne, plus positive, moins centrée sur elle-même, et que le bonheur ne peut être atteint que par l’ouverture aux autres. La symbolique forte de ces petites statuettes, leur design simple et épuré, et le travail de l’artisan (découvert dans une toute petite boutique atelier à Kyoto) m’ont vraiment touchée,  et les voir chaque matin dans ma chambre égaye ma journée dès le réveil et me rappelle le chemin à parcourir: c’est ma dose de motivation quotidienne. Bien plus donc qu’un simple bibelot oublié sur une étagère…

Car c’est l’objet qui n’est qu’un souvenir de vacances qui deviendra encombrant pour vous. Ces bibelots acquis qui n’ont pas d’autres fonctions que de vous rappeler votre séjour, encombreront vos étagères sans plus vous apporter de plaisir après quelques temps, et avant peu vous passerez devant sans même les regarder. D’ailleurs, si vous hésitez à vous en séparer, n’oubliez pas que le souvenir attaché à cet objet n’est pas cet objet. Certes l’objet peut vous l’évoquer plus facilement, mais le souvenir est bien en vous.

Et pour les autres, on ramène quelque chose? quoi par exemple? Je pense personnellement qu’il n’est pas nécessaire de ramener quelque chose « qui reste » de mes vacances pour mes proches. Ce ne sont pas leurs vacances, ce ne sont pas leurs souvenirs. Leur offrir un objet marqué comme appartenant à ce lieu ne leur évoquera aucun souvenir particulier à eux, et les encombrera probablement si cet objet n’a pas d’utilité en soi, ou si son design ne convient pas particulièrement à leur goût. J’ai fait trop longtemps l’erreur de vouloir ramener absolument quelque chose à mes proches alors même que les bibelots que eux pouvaient me ramener m’encombraient plus qu’autre chose.

Si vous pensez que le fait de ne rien recevoir pourrait être mal vécu par certains de vos proches (qui ne sont peut-être pas dans la même démarche que vous), ou si vous avez envie de leur faire découvrir quelque chose de local alors le fait de rapporter quelque chose de consommable est une bonne alternative. Et c’est encore mieux si vous avez la possibilité de les inviter à déguster les spécialités de votre destination de vacances lors d’une soirée où vous serez tous réunis pour en faire un vrai moment de partage plutot qu’un échange d’objet.

Pour conclure j’ajouterai seulement qu’il ne faut pas oublier que ce voyage doit être vécu pleinement sans se focaliser sur une chasse au souvenirs … Je pars du principe maintenant que c’est le hasard qui me fera peut-être découvrir quelque chose que j’ai vraiment envie d’acquérir. Certes j’ai toujours plus ou moins en tête (et aussi sur le smartphone, mémoire de poisson rouge oblige) une liste des choses que je souhaite acquérir ou remplacer pour quand je tomberai sur l’alternative parfaite, mais ne plus m’encombrer l’esprit d’une mission « chasse au souvenirs » (objets) me permet de profiter vraiment de tout ce que ce moment de découverte peut m’offrir, pour en prendre plein les yeux de nouveaux paysages, plein les oreilles de conversations avec de nouveaux amis, de bruits de lieux de vie différents, plein les papilles de découvertes gustatives, plein le nez de senteurs d’ailleurs et surtout plein le coeur et la mémoire de souvenirs d’instants vécus à 100% qui c’est certain ne finiront pas sur une étagère.

Très bonnes vacances à vous et à très bientôt. Nous partirons très bientôt en famille pour un roadtrip découverte en Allemagne et au Danemark et je ne manquerai pas de partager avec vous à notre retour ce que je ramène, si jamais je ramène quelque chose 😉

Emm

(source photo :https://pixabay.com/en/word-map-hand-travel-1391379/)

7 Replies to “Quels souvenirs de vacances ramener?

  1. Pour moi j’essaie de trouver un objet dont j’aurais besoin parce que voyageant chaque année vers une destination différent je ne peux pas me permettre de ramener une babiole, une déco, à chaque fois.
    Avant je ne ramenais rien à mes proches (sauf si je tombais sur un truc particulier, comme ça aurait pu être le cas dans ma ville) mais j’ai eu des remarques à ce sujet, apparemment ramener un souvenir c’est une preuve d’amour dans la famille donc bon je me sens un peu obligée… et bien souvent je ne trouve pas quelque chose qui peut servir, ou du moins après x voyages je n’y arrive plus

    1. C’est ca qui est super quand on ramene quelque chose d’utile: On a vraiment plaisir a s’en servir au quotidien 🙂 je comprends la difficulté pour la famille, maintenant je ramene des choses qui se mangent ^^

  2. Comme beaucoup je ramène toujours du miam-miam: des gâteaux, des épices…tout se qui peut se partager et nous replonger dans mes vacances. De toutes façons, je suis une vraie gourmande 🙂
    Il faut, malheureusement, noter qu’à moins de tomber sur des artisans locaux, la plupart des souvenirs sont made in China, grrr!

    1. si tu es en Chine alors ce n’est pas un souci le made in China, mais c’est vrai que sinon, autant privilegier les artisans locaux quand on tombe sur eux. Et vive la gourmandise!! (dixit celle qui a ramené du thé et des bonbons de ses vacances)

  3. J’adore ta réflexion sur les souvenirs pour les ami.es qui au final ne leur évoqueront aucun souvenir justement ; c’est ce que je pensais sans parvenir à mettre les mots dessus, merci 😀
    J’aime envoyer des cartes postales, car c’est ce que j’aime recevoir si des ami.es veulent absolument m’envoyer quelque chose de leur vacances, et cette année j’ai aussi ramené de la nourriture typique quand j’étais au Pays de Galles et que je rentrais en France rendre visite à ma famille. Ça permet de discuter de la nourriture locale et de leur faire goûter des trucs qui n’auront pas besoin de rester sur leurs étagères pendant des années.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *