Mais c’est quoi ça Grey Whale?

Et bien c’est la marque de sac et pochettes cousues  par la créatrice Tempy Osborne, Bruxelloise d’adoption comme moi. J’ai découvert ses créations par hasard (pendant une errance sur Etsy) et je suis tombée amoureuse de ses imprimés très épurés et ses tissus très naturels. Elle a accepté de se prêter au jeu des questions réponses pour que vous puissiez vous aussi découvrir son univers.

  5

  • Bonjour Tempy, pour commencer et pour satisfaire ma curiosité, peux-tu nous en dire plus sur le nom de ta marque Grey Whale (la baleine grise en français)? Est-ce que cet animal a une importance particulière pour toi?

Bonjour et merci pour cette invitation, j’aime beaucoup ton blog comme tu le sais déjà. Alors le nom de Grey Whale peut paraître un peu abstrait puisque les produits que je fabrique n’ont rien à voir avec la mer. Mais cela vient de mon envie de créer quelque chose reliant vraiment ma vie plutôt urbaine à la nature. J’ai l’impression qu’il est facile d’oublier que nous ne faisons qu’un avec la nature, qu’elle est une part essentielle de nous. C’est particulièrement vrai pour les citadins. Du coup ce nom Grey Whale est une sorte de métaphore pour la ville que je vois comme une chose vivante qui respire, immense et grise mais pleine de vie.

  • Tu as étudié les arts appliqués et m’as dit avoir toujours eu un amour pour les sacs à main… mais comment en es-tu arrivée à vouloir te lancer pour faire un métier de la création de sacs à main et de pochettes?

Oui, j’ai étudié les arts appliqués au National College of Art and Design en Irlande mais j’ai toujours été intéressée par le fait de faire un art « interactif », où les gens prennent vraiment part à l’expérience. Mes peintures ont toujours tourné autour des thèmes de la globalisation, de l’industrie et du changement climatique. Du coup je poursuis autour de ces mêmes idées via un support différent avec mes créations actuelles. Un support qui j’espère peut toucher plus de personnes et ainsi faire mieux passer le message.

2

  • Tes sacs sont tous réalisés à partir de tissus en fibres naturelles que tu choisis soigneusement, tout comme les procédés d’impression de tes imprimés que tu réalises toi-même plutôt que de partir de tissus déjà imprimés. J’ai pu voir aussi que tu privilégies les matières naturelles également pour l’emballage de tes commandes. Cette démarche écologique semble être au cœur de tes créations, est-ce que cela était présent dès le départ? Peux-tu nous en dire plus sur le processus d’impression de ton tissu car j’avoue que tu es une des premières créatrices que je découvre travaillant ses pièces quasiment entièrement de A à Z en partant de la matière la plus brute possible?

Je fabrique tous mes sacs de la façon la plus écologique que je puisse et je cherche toujours à m’améliorer. Au tout début de ma transition de la peinture à des objets j’ai pensé utiliser un service d’impression à la demande pour transférer mes créations sur différentes surfaces comme des coques de téléphones portables, des housses de coussins, des carnets et des sacs etc. Les possibilités semblaient infinies. Alors j’ai fait imprimer une de mes peintures sur une coque de téléphone et quand je l’ai reçue par la poste j’ai réalisé qu’elle venait d’Inde alors que j’avais commandé auprès d’une compagnie américaine. Je n’avais en fait aucune idée d’où cet objet avait été fabriqué, avec quels matériaux et dans quelles conditions. Même la compagnie d’impression ne pouvait pas répondre à mes questions…

4

Cela a été une vraie révélation et une prise de conscience, particulièrement parce que cela c’est produit au moment de la tragédie de l’effondrement de l’usine de textile au Bangladesh. Cela m’a vraiment fait réaliser que nous n’en savons pas assez sur les éléments qui composent nos objets et donc nos vies, et leurs origines. Est-ce que quelqu’un a souffert lors de la fabrication? est ce que ce plastique est toxique? Du coup j’ai décidé que je n’imprimerai plus rien de cette façon et que je trouverai le moyen de produire ce que je veux moi-même.

3

Actuellement j’achète du tissu brut (non teint) en matière naturelle qui ne contient ni polyester ni fibres synthétiques. J’imprime ensuite mes propres designs sur ces tissus à la main en utilisant la technique de sérigraphie avec des encres à base d’eau sans phtalates, solvants ou PVC. Je crée aussi mes propres patrons pour tous mes sacs ainsi j’ai un contrôle complet sur toute la production jusqu’à la pièce finale. De cette façon je peux aussi faire des pièces sur mesure à la demande des clients avec des tailles ou des éléments spécifiques.

  • De ton enfance passée sur la côte irlandaise et dans l’arctique canadien, tu as gardé un très grand attachement à la nature qui est je trouve très présent dans ton processus de créations comme nous venons de le voir. Pourtant tes imprimés sont super modernes et urbains. Comment arrives-tu à mêler ces deux univers qui sont aujourd’hui si souvent opposés?

J’ai grandi à la campagne entourée de paysages naturels incroyables. Mais depuis maintenant pas mal d’années je vis dans des grandes villes. Je pense qu’il peut y avoir une grande déconnexion entre la vie en ville et la nature et je dois moi-même me rappeler de ce lien pourtant évident que nous avons tous avec cette nature et sa simplicité. J’imagine que cela doit être aussi le cas pour beaucoup, alors j’essaye de mélanger des formes linéaires géométriques très urbaines avec des formes plus naturelles pour créer des designs originaux que j’imprime ensuite sur les tissus.

  • J’ai eu la chance de pouvoir te commander une trousse de toilette entièrement réalisée sur mesure pour répondre exactement à ma demande et j’ai été bluffée par la qualité des finitions (visible ici). Pour moi qui suis soucieuse de moins consommer mais mieux c’est un critère très important car chaque achat est réfléchi pour avoir un objet le plus durable possible dans une matière la plus naturelle possible et qui soit fabriqué de façon éthique, si possible locale. Peux-tu me dire en quoi ce côté durable est également si important pour toi?

Comme toi j’ai vraiment envie de vivre d’une façon plus intentionnelle comme par exemple en sachant d’où viennent les choses que j’achète, avec quoi elles sont faites etc. J’ai le sentiment que nous sommes à un moment clé où le changement climatique nous affecte tous et les standards très bas notamment sur les conditions de travail à l’étranger deviennent plus visibles. Les choix que nous faisons maintenant nous affecteront, peut-être pas nous directement mais les générations futures. Changer de façon de consommer ne coûte pas plus cher, si on adopte l’idée simple d’acheter moins mais mieux pour au moins une partie de nos achats. Je suis convaincue que quelques petits efforts peuvent faire la différence si nous sommes nombreux à faire ce choix.

1

  • Enfin comme je le disais en introduction tu es comme moi bruxelloise d’adoption. Je découvre chaque jour un peu plus à quel point Bruxelles et plus globalement la Belgique regorge de créateurs talentueux que ce soit en bijoux, cosmétiques, créations textiles, etc. Il me semble que l’on peut d’ailleurs retrouver tes créations dans des concept-stores « made in Belgium ». Cette création locale a bien sûr toujours été présente mais elle semble faire davantage parler d’elle depuis quelques temps. Que penses-tu de cette nouvelle « mode » du « made in pas loin »?

Oui mes sacs sont disponibles chez Belgikie (rue Longue Vie) et chez Orybany (rue des Tanneurs) à Bruxelles, et j’espère très bientôt dans d’autres boutiques belges. Cela me rend vraiment heureuse de pouvoir faire des sacs et de les amener dans ces boutiques moi-même!

Cette tendance actuelle d’acheter des choses faites artisanalement à proximité est vraiment formidable. En fait j’espère vraiment que ce n’est pas simple tendance mais une vraie redécouverte pour les belles choses que nous avons à côté de chez nous, d’où que l’on soit.  j’espère vraiment qu’avec des blogs comme le tien et avec tous ces gens qui communiquent sur les designers locaux et leurs créations, etc, il peut y avoir un vrai détournement des objets produits et consommés en masse pour ceux issus de l’artisanat local et choisis soigneusement. Cela renforce l’économie locale, permet la survie des savoir-faire et est beaucoup plus écologique. Ce souci de l’autre, cette appréciation du travail crée aussi plus de lien entre les gens ce qui est tellement important de nos jours.

Je voudrais vraiment remercier Tempy qui a pris le temps de répondre a mes questions et de se livrer un peu. J’espère que cela vous aura donné envie de découvrir son travail soit dans les boutiques citées plus haut, soit directement sur son site.

Et devinez quoi, Tempy a même préparé un petit cadeau pour vous, alors rendez-vous vite sur mon compte instagram pour participer au concours et vous permettre de remporter cette jolie pochette.

grey-whale-pouch

A très bientôt

Emm.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *