On poursuit cette semaine le tri des livres commencé la semaine dernière. J’espère que vous avez réussi à bien avancer. Aujourd’hui on va s’attaquer à d’autres types d’ouvrages. Bien évidemment, je le rappelle à nouveau, vous êtes tout à fait libre de faire ou non ce tri, selon vos propres modalités. Comme cette catégorie est sensible, si c’est trop difficile pour vous, ou que vous n’en avez tout simplement pas envie, ne le faites pas. Ce que je partage ici n’est qu’une proposition.

Les catégories à trier

Cette semaine nous allons nous concentrer sur les catégories de livres restantes, à savoir:

  • Les magazines (et leurs éventuels abonnements)
  • les beaux livres: recueils de photo, d’architecture, etc.
  • les manuels: j’entends par là tous les livres qui sont destinés à nous transmettre un savoir
  • les manuels éducatifs pour les enfants.
Quelques beaux livres que j’ai toujours plaisirs à feuilleter

Les magazines

Commençons par le plus simple. Je vous propose de faire le tour de votre habitation et de rassembler tous les magazines sur lesquels vous tomberez. Si d’autres personnes de votre foyer possèdent aussi des magazines, rassemblez-les ou demandez leur de les rassembler pour qu’ils fassent leur propre tri.

Maintenant considérez cette pile avec réalisme. Avez-vous réellement lu ces magazines? Et quand je dis lu, je pense à vraiment lire le magazine dans son intégralité ou presque. Car si vous vous contentez généralement de lire seulement quelques articles, interrogez-vous. Est-ce que l’argent utilisé pour acheter ces magazines (parfois onéreux), en vaut-il la peine? Si le magazine a été lu (que ce soit intégralement ou pas), et si vous en comptez pas le relire, vous pourriez envisager de vous en séparer. Si vous ne l’avez pas encore lu, demandez-vous si c’est parce qu’il vient d’arriver, et vous allez le lire rapidement? ou bien si vous l’avez reçu il y a longtemps mais jamais lu? Dans ce cas vous vous doutez que je vous recommande de vous en séparer.

Et je vous invite également à vous questionner sur vos abonnements. Si vous lisez à chaque fois la grande majorité de vos magazines reçus alors cela fait tout à fait sens de conserver ces abonnements. Par contre si vous réalisez que vous ne picorez que quelques articles, ou bien carrément que certains magazines ne sont pas lus du tout, peut-être pourriez-vous considérer l’idée d’annuler cet abonnement. Peut-être serait-il plus rentable pour vous d’acheter une fois de temps en temps votre magazine directement en kiosque? Lorsque son sommaire vous plait vraiment?

Pour les magazines de recettes (les livres ont normalement été déjà triés à cette étape), je vous invite lorsque vous en achetez un à programmer immédiatement les quelques recettes qui vous intéressent. Sinon, il y a fort à parier qu’elles ne seront jamais testées et que les magazines s’empileront. Si le plat vous plait, alors découpez, ou recopiez la recette et intégrez-la à votre banque de recette. Mais ne conservez pas tout un magazine pour seulement deux recettes intéressantes. Vous pourriez ensuite le transmettre à un de vos proches féru de cuisine?

Les beaux livres

Nous possédons parfois ce qu’on appelle des beaux livres. Qu’il s’agisse de recueils de photos, de livres d’architecture, de décoration d’intérieur etc, ces livres (et certains magazines!) sont de beaux objets. Mais les ouvrez-vous parfois?

Si ce n’est pas le cas, pourquoi donc les gardons-nous? Est-ce parce qu’ils valent généralement cher? Si c’est le cas, vous vous rappelez sans doute ce que j’ai mentionné il y a quelques temps. Nous perdons notre argent au moment où nous achetons quelque chose que nous n’utiliserons pas, pas au moment où on prend enfin la décision de s’en séparer. 

Mes livres désencombrés pour cette semaine

Est-ce que nous les conservons pour ce qu’ils renvoient de nous? Et oui, de tout temps, une bibliothèque fournie a été un signe d’intelligence, comme un symbole ostentatoire de culture. Mais quand leur propriétaire ne les ouvre pas et les conserve seulement (ou presque) pour séduire ses visiteurs, on peut s’interroger sur le bien fondé de les conserver. Votre culture n’est pas sur votre étagère mais dans votre esprit, vos conversations et vos intérêts. Je n’ai jamais autant lu et sur des sujets aussi variés que depuis que j’emprunte mes livres à la bibliothèque.

Par contre si ces livres nous procurent du bonheur quand nous les feuilletons, si la beauté de leur contenu nous inspire alors ils ont bien sur toute leur place chez nous.

Les manuels

Les manuels ou autres livres à visée didactique sont destinés à transmettre des connaissances sur un art, une science, une technique. Nous en acquérons bien souvent au moment de nos études. Et généralement nous continuons tout au long de notre vie pour acquérir de nouvelles connaissances. Je ne parle pas ici seulement de manuels scientifiques, mais aussi de manuels de savoir-faire pratiques, comme des livres de tricot, manuels de langues, livres de développement personnel, ou même guides de désencombrement 😉

Pour ces manuels, il y a trois cas de figure:

  • La connaissance, quelle qu’elle soit, est en voie d’acquisition: conservez vos livres pendant votre apprentissage (dans une quantité raisonnable). Si c’est lié à un loisir, pourquoi ne pas les ranger directement avec votre matériel pour cette activité?
  • Vous maitrisez la connaissance: Vous pourriez conserver un ou deux ouvrages de référence sur le sujet (un dico de la langue, un recueil des différents points de crochet, etc) mais inutile de garder toutes les ressources qui vous ont permis de progresser.
  • La connaissance n’est pas acquise: Si vous souhaitez vous y mettre, commencez maintenant. Consacrez-y même 5 minutes par jour, que ce soit dès le réveil, dans le bus, avant de se coucher (intégrez cela à votre rituel du soir par exemple), peu importe. Sinon cela reste un fantasme pour ‘quand vous aurez le temps’. Alors soyez réaliste. Il est temps de renoncer à ce moi fantasmé, celui qui parlerait 18 langues, fabriquerait tout ses vêtements, et ferait tous ses cosmétiques maisons. Ces livres nous ramènent sans cesse au fait qu’on n’a pas encore réussi a apprendre cela… Ils nous font même parfois culpabiliser… Laissons aller cela et concentrons-nous sur ce qu’on veut apprendre maintenant!
Les manuels d’apprentissage de la langue Japonaise que je conserve actuellement

Les manuels éducatifs

De la même façon que pour nos manuels, le tri des manuels éducatifs de vos enfants peut être réalisé selon le niveau d’acquisition de la compétence. Si la compétence/ connaissance est en cours d’acquisition ils sont bien sur à conserver. Si elle est acquise, vous pourriez envisager de vous séparer du manuel.

La différence se marquera sur les cas où la compétence n’est pas acquise. Nous n’envisagerons pas de renoncer à cette compétence comme ce peut être le cas pour nous-même comme expliqué plus haut. Mais par contre nous pouvons grouper ces manuels par âge, et les mettre de côté afin qu’ils ne soient pas melés avec ceux utilisés actuellement. Vous pourrez ensuite facilement aller les chercher lorsque le moment sera venu pour votre enfant d’apprendre cela.

Mais quelle serait la quantié raisonnable? Tout dépendra du temps consacré  à cet apprentissage. En effet la donne est très différente selon que votre enfant va à l’école ou que vous faites l’instructions en famille.

L’instruction en famille

L’instruction en famille demande quand même pas mal de matériel pour soutenir les apprentissages de vos enfants. Alors pourquoi ne pas essayer de créer un réseau de familles IEF s’il n’en existe pas déjà un dans votre région? Ce serait l’occasion d’échanger du matériel pour ne pas avoir à posséder tout chez vous. En plus je suis sure que le lien créé sera un vrai plus, puisqu’il vous donnera l’occasion d’échanger sur votre démarche.

Et une fois la connaissance acquise? Je vous invite à vous interroger sur la nécessité de conserver ce matériel? Avez-vous un autre enfant qui passera par les même apprentissages dans quelques temps? Si c’est le cas, peut-être pourriez-vous faire un tri et ne conserver que ce que vous avez trouvé vraiment utile pour accompagner votre premier enfant? Si ce n’est pas le cas, je suis persuadée que d’autres familles seraient heureuse d’acquérir tout cela.

Dans tous les cas, interrogez-vous sur le bénéfice/ inconvénient pour vous de conserver tout cela. Seul(e) vous savez si vous avez ou non l’espace pour stocker cela. Quelles ont été les difficultés pour vous procurer cela? Avez-vous un réseau avec qui échanger ces supports éducatifs? Un proche qui serait interressé pour récupérer cela d’ici peu? Votre bibliothèque/médiathère dispose-t-elle de beaucoup de livres pouvant servir de support? Avec toutes ces questions, vous serez capable de peser le pour et le contre.

 

Prochain rendez-vous

J’espère que vous aurez réussi a relever le défi de cette étape du tri des livres. Surtout n’hésitez pas à partager vos réflexions sur cette étape en commentaire. Nous continuerons la semaine prochaine sur d’autres support culturels.

Si cet article et plus généralement ce proramme vous est utile, pensez à partager avec vos proches ou sur vos réseaux sociaux. Et partagez avec nous vos progrès et réflexions en commentaire ici ou sur les reseaux sociaux.

Et si jamais vous découvrez maintenant le programme 52 semaines pour désencombrer sa maison et se simplifier la vie par cet article, retrouvez-le dans son intégralité ici, et rejoignez nous. Ce programme entièrement gratuit et sans publicité vous permettra tout au long de l’année d’alléger votre quotidien.
Vous pouvez aussi me rejoindre sur Instagram ou Facebook.

 

4 Replies to “Semaine 16 – Tri des livres 2/2

  1. Bonjour, quelle catégorie difficile.
    J’ai certains magazines que je n’arrivent pas à jetter (Milk), je ne les lis plus mais ils sont presque décoratifs je trouve ! Et c’est vrai que j’aime l’image que ça renvoie de moi quand je reçois. Tout de suite on comprends que j’aime la mode enfant !
    De même pour mes livres sur le minimalisme, c’est une révélation, une passion. Je n’ai plus rien à y apprendre mais j’adore les avoir.

    1. Si cela t’apporte du bonheur alors garde les! Mais c’est chouette que tu t’interroges sur quel est l’interet réel pour toi de ces magazines ou livres. Moi aussi j’aime les livres sur le minimalisme. J’y trouve toujours de l’inspiration.

  2. On a réalisé un très grand tri des livres, je dois avouer que j ai perso 3 livres que j’apprécie beaucoup 2 de Joshua Field Millburn et Ryan Nicodemus et le bonheur est dans le peu.
    Monsieur a quelques livres historique et le fiston on va zapper le sujet …entre BD, manga, et j’en passe le tri est hors sujet car il engendre des discussions stériles …
    J’ai testé les ebooks mais uniquement pour les livres a lire une ou deux fois car j’aime le touché des livres….
    Merci pour ton post .
    Par contre je vais testé la boîte a livré pour les livres de cuisine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.