J’espère que vous avez pu faire les petits exercices de la première semaine (première partie, et seconde partie). Cela a-t-il était un révélateur pour vous? Votre motivation doit être vraiment à son maximum maintenant. Mais je vais vous demander encore un tout petit peu de patience. Aujourd’hui il s’agit de préparer son désencombrement, que nous attaquerons enfin la semaine prochaine. Et si vous nous rejoignez maintenant, bienvenue! Vous pouvez retrouver juste ici toutes les informations.

Une préparation nécessaire

Nous attaquerons le désencombrement à proprement parler la semaine prochaine. Et pour que celui-ci se révèle vraiment efficace, il est hors de question de rester avec tout ce que vous avez trié, et dont vous voulez vous débarasser pendant des semaines et des semaines. Il n’y a rien de plus frustrant que d’avoir pris le temps de trier, mais de se sentir toujours aussi encombré car tout est toujours sous vos yeux. Alors pour éviter cet écueil, nous allons aujourd’hui entamer quelques petites recherches qui nous permettrons d’être efficaces!

Lister les catégories d’objets

Dans notre cahier, désormais notre compagnon d’aventure, je vais vous demander aujourd’hui de lister les catégories d’objets que nous serons amené(e)s à trier par la suite. A chaque fois laissez quelques lignes dessous, car nous chercherons ensuite ensemble des filières de vente/don/recyclage.

préparation désencombrement 1

Par exemple voici une liste non exhaustive de ce qui sera trié chez moi:

  • Les vêtements (en indiquant des sous catégories, pour les vêtements adultes, et enfants)
  • La vaisselle et les ustensiles de cuisine
  • Petit électroménager
  • L’épicerie
  • Les produits de soins et de beauté
  • Le linge de maison
  • Les produits d’entretien
  • La pharmacie
  • Les livres
  • Les jeux et jouets (j’inclus ici les jeux de société, jouets d’enfants d’intérieur et d’extérieur, et les jeux vidéos, mais vous pouvez les séparer si vous pensez que les filières seront différentes)
  • Les objets de décoration
  • Les papiers adiministratifs
  • Le matériel de jardinage
  • Les outils
  • Les produits chimiques/ anciennes peintures…
  • Les meubles
  • La papeterie
  • Le matériel de loisirs créatifs
  • Les dessins d’enfants/ souvenirs/ photos

Vous pourriez aussi avoir des DVD, CD, du matériel de couture, etc.

Désencombrer n’est pas jeter

Il est maintenant temps de déterminer ce que vous ferez de ces objets une fois que vous aurez décidé que vous n’en voulez plus chez vous. Car vous l’avez compris, afin de désencombrer de la façon la plus responsable possible, nous essayerons de jeter le minimum de choses. Seuls les objets vraiment inutilisables car cassés, non réparables, ou trop usés devraient finir à la poubelle.

Pour tous les autres, nous allons essayer de trouver à qui ils pourraient être utiles, où nous pourrions les donner, ou par quel biais nous pourrions les vendre.

Se séparer des objets de « valeur »?

Bien souvent, nous décidons de conserver des objets que nous n’utilisons pourtant pas, car nous avons dépensé de l’argent pour les acquérir. Et nous avons l’impression que cet argent serait gaché, que nous aurions « perdu » cet argent… Et bien devinez quoi? J’ai le regret de vous dire que votre argent, il est déjà perdu! Il a été perdu au moment où vous avez pris la décision d’acheter un objet dont vous n’aurez finalement pas besoin… C’est trop tard. Voilà, ca fait mal de l’admettre mais c’est ainsi. Un objet neuf perd une grande partie de sa valeur à la seconde-même où il est acheté, passant du statut d’objet neuf, à celui de seconde main. 

La seule chose qui nous reste a faire, c’est d’apprendre de nos erreurs. En analysant pourquoi cet objet ne nous sert pas, on pourra éviter de renouveler ces erreurs. On peut se demander ce qui nous a poussé à l’acheter (une publicité, une newsletter avec une remise, l’envie d’essayer car X l’utilise, etc). On pourra ainsi devenir un consommateur plus conscient lors de nos futurs achats.

Et même sans cette valeur marchande, à moins que l’objet ne soit un investissement en vue d’une spéculation future (il parait que c’est la mode maintenant avec les baskets de collection…), quelle est la valeur d’un objet qui n’est pas utilisé? Un objet ne prendrait-il pas sa valeur dans l’utilité qu’on en fait? Posez vous la question… Si nous donnions une sorte de personnalité à nos objets, imaginons les une seconde comme de petits animaux. Ne serait-il pas tellement triste qu’ils soient abandonnés au fond d’un placard sans jamais accomplir ce pour quoi ils ont été fait? Bon ok, je pousse le trait un peu loin, mais je pense que vous comprenez mon propos.

Vendre?

C’est là qu’intervient le dilemme… On en fait quoi de ces objets, on les vend? ou on les donne? Quand la question se posera, je vous invite à y réfléchir quelques instants. Les deux options ont leurs avantages et leurs inconvénients.

Si vous avez des difficultés financières, ou bien si vous avez un projet bien défini en tête qui nécessite un budget, alors vendre peut être la chose à faire. Vous pouvez même mettre toutes les sommes récoltées, aussi petites soient-elles dans votre projet, ou votre remboursement. Mais ayez bien conscience que cela demande du temps, de la disponibilité (pour répondre aux potentiels acheteurs). Il y a parfois des déceptions et frustrations, et il faudra de la patience. Le temps investi vaut-il les quelques euros récoltés?

Ces objets risquent aussi de vous encombrer encore un peu le temps qu’ils trouvent preneurs… On peut alors se décider sur une limite de temps pour les vendre et finir par les donner si ils n’ont pas été vendus en X jours/semaines/mois. C’est ce que je fais généralement, et passé ce délai je finis par les donner. Les magasins de type Dépot-vente ou troc peuvent être aussi la solution, puisque ce sont eux qui « stockeront » en attendant la vente. Renseignez-vous sur leurs conditions de dépôt, de commission, et notez cela dans votre carnet.

Donner?

Quant au don, réflechissons ensemble au meilleur endroit où faire celui-ci. A quel endroit, auprès de qui notre objet sera-t-il vraiment utile? Car il n’est pas question de se désencombrer pour encombrer ses proches… Pas question non plus de considérer les associations caritatives comme une poubelle. En effet lorsqu’elles recoivent des objets finalement non utilisables, le fait de s’en débarraser coûtera de l’argent aux associations, ce qui est l’effet inverse de celui recherché. En plus cela peut être parfois une façon de se déculpabiliser alors qu’on est dans un cycle acheter/donner, parce que quand on ‘donne’, on ferait une bonne action. Seuls les objets en bon état (à moins que l’association ait un atelier de réparation) devraient être donnés. Alors renseignez-vous.

Je vous invite aussi à évoquer votre projet de désencombrement avec vos proches. Parlez-leur de votre envie d’allègement, de simplifier votre quotidien, et de votre grand tri à venir, et demandez-leur s’il y a des objets dont ils ont besoin. Peut-être qu’un cousin se lançant dans ses études aurait bien besoin d’un peu de vaisselle pour son premier appart d’étudiant? Ou que votre voisine va devenir grand-mère dans très peu de temps et aimerait récupérer quelques jeux de premier âge pour son futur petit-fils?

En plus le fait d’évoquer votre projet pourra peut-être aider certains de vos proches à comprendre votre envie de moins. Ce sera le cas si vous osez parler de vos motivations derrière ce projet, et ce programme. Il n’y a pas de honte à admettre ses difficultés et son envie de se sentir mieux. Ils seront ainsi plus réceptifs au moment des fêtes pour ne pas vous encombrer davantage avec des cadeaux (même donnés avec beaucoup d’amour). On reparlera de cette épineuse question à l’approche des fêtes.

La deuxième vie des objets

Certains de vos proches sont preneurs de certaines choses? C’est fantastique! Inscrivez leur nom sous la catégorie concernée. Vous pourrez les recontacter une fois cette catégorie triée. Et  ils décideront alors si ils sont vraiment interessés par les objets en question.

Et maintenant réfléchissez et notez sous chaque catégorie, deux ou trois filières pour évacuer vos objets. Il peut s’agir selon les catégories de boutiques de dépot-vente, d’associations, de la maitresse de votre enfant toujours preneuse de matériel créatif, d’un bouquiniste, de sites de deuxième main, de votre copine pour son fils, et j’en passe.

préparer désencombrement 2

Si vous n’êtes pas sûre de vous, passez un petit coup de fil. Les membres d’une association, ou d’un refuge pour animaux proche de chez vous (souvent preneuses de vieux draps, serviettes) seront ravis de vous renseigner. Ils vous diront ce dont ils ont besoin exactement, et sinon pourrons peut-être vous renseigner sur un autre organisme preneur. Par exemple, quand j’ai voulu trier mes livres, je les ai proposé à ma bilibothèque. Ils m’en ont pris certains, et m’ont ensuite orientée vers une association faisant des ventes annuelles pour financer des projets d’insertion. Ou une association de réfugiés aura des besoins bien spécifiques en types de vêtements, etc, et vous serez alors sur(e) que vos objets seront utiles.

Et leur fin de vie

Et pour le reste? Ce que vous ne pouvez ni vendre, ni donner. Il nous restera le recyclage, et en dernier recours la poubelle. Vous pouvez déjà repérer des zones de recyclage dans votre supermarché, ou bien vous renseigner auprès de votre déchetterie. Pour certaines choses, il y a des filières de recyclage maintenant bien établies (comme Cyclamed pour les médicaments).

Et pour ce qui sera jeté, n’hésitez pas à téléphoner à votre mairie pour savoir s’il y a un système de collecte des encombrants, ou bien une date à laquelle sortir vos objets. Ici aussi, renseignez-vous aussi auprès de votre déchetterie et notez précieusement dans votre carnet, où et quand déposer vos vieux pots de peinture…

Il vous faudra aussi accepter le fait que oui, même si vous êtes dans une démarche de réduction de vos déchets, un grand tri supposera quelques objets qui finiront à la poubelle. Et si vous apprenez de cet exercice pour ne pas continuer à acquérir des objets qui ne vous servent pas, l’exercice ne sera pas vain. Donc pas de culpabilité à avoir, si c’est une bonne fois pour toute.

Vous êtes maintenant prêt à désencombrer

Avec votre carnet qui contient désormais toutes ces informations, vous êtes maintenant fin prêts pour désencombrer! Car dès que nous finirons une zone, ou une sorte d’objet, en ouvrant votre carnet, vous saurez exactement où déposer ces objets. Vous pourrez prévoir immédiatement un passage ici ou là pour donner certaines choses, ou mettre en vente immédiatement telle ou telle chose.

Nous désencombrerons dès lundi prochain (enfin!!!)! Et par curiosité, d’après vous on commence par quoi? D’ici là je vous prépare un petit article pour ce vendredi où je vous partagerai ma réflexion sur les fameux et très coriaces objets que l’on garde « au cas où ». Alors à vendredi.

14 Replies to “Semaine 2 – Préparer son désencombrement

  1. Bonjour,
    J’apprécie la façon d’aborder chaque exercice, prendre le temps de réfléchir…
    Dans mes premières tentatives j’ai trop enlevé sans réfléchir et tout encombré de nouveau, et peut être plus… Un peu comme le yoyo des régimes
    Merci!!
    Pour la semaine prochaine, la pharmacie produits d hygiène peut être ?

    1. Et non, pas la pharmacie, mais plutot un endroit que nous utilisons chaque jour. Quant au temps de réflexion, il est vraiment nécessaire pour eviter de retomber dans les mêmes habitudes comme tu le dis. Merci pour ton retour.

  2. Top la piqûre de rappel lol… Alors mon désencombrement à eus lieu de 2019 à début 2021 et j ai tout donné ! Niveau vêtements ils peuvent être détourné …. Un pull chaud de mon fils est devenu une housse pour tablette ect…
    Super tes articles … vivement le prochain.

      1. Il y a pleins d’exemples , les jeans troués qui se transforment en short pour l’été, Utiliser le marre de café comme gommage pour adultes et enfants. Refuser , Réduire , Réutiliser , Recycler , Rendre à la terre . Et épargner , revoir ses principes permet de gagner de l’argent. Le désencombrement permet aussi de voir les choses de façon différentes . Vivement le prochain article

      2. Justement j’espére que tu aborderas ce point car je me retrouve à conserver des choses justement car je me dis que je vais pouvoir les “upcycler” mais je ne prends pas le temps et donc ça encombre!

        1. Peut-être que l’article de vendredi te permettra de réfléchir à la question, pour décider si oui ou non tu les conserves, et si oui en quelle quantité

  3. Déjà faire la liste des objets dans chaque piéce permet de découvrir des pb
    J’ai l’impression de regarder la maison avec de nouvelles lunettes, merci beaucoup
    Excellente soirée

  4. J’aime la façon dont tu parles de l’argent dépensé au début du texte. C’est souvent un frein pour moi, même si l’article a été acheté usagé. Je me disais toujours: ouais mais j’ai tellement fait une bonne affaire ! Au final, je ne portais pas l’article (c’était souvent la catégorie vêtements qui écopait). Bref, de le lire comme ça, ça fait un bien fou. C’est comme mettre le doigt sur le bobo, comme on dit! Merci!

    1. Et oui, moi aussi je gardais les choses avant pour la meme raison… Mais finalement avoir un truc qu’on ne met pas ce n’est jamais une bonne affaire, même si on l’a payé peu cher…

  5. J’ai attaqué les « 52 semaines… » avec beaucoup de retard. J’espère ne pas avoir précipité les choses en accélérant le mouvement ( minime, le mouvement, il est vrai : je ne fais qu’écrire jusqu’à présent. Mon Cahier Précieux est un vieil agenda de 2017 non utilisé. Je suis déjà au 31 janvier…;-) ). Mais les pistes de réflexion que tu amorces aident bien, dans mon cas. Ca fait un moment que je cogite et me désespère, donc je pense que le mouvement est rapide avec une certaine facilité.

    J’emploie le tutoiement et le féminin, soyons folles ! au féminin, j’assume. Jusqu’ici, je ne vois pas de messieurs sur le bog et dans les commentaires… Si je me trompe, manifestez-vous, Messieurs. Votre façon d’aborder les choses et vos points de vue différents pourraient sans doute aider certaines. Et si aucun ne se montre, selon vous, Mesdames, pourquoi sont-ils absents ??

    Ne me demandez pas pourquoi -je n’en sais rien et pourtant je cherche à savoir – mais cette étape-ci me fait vraiment … ch… ! pardon pour les vilains mots. Virer tout des armoires, faire voler la poussière, me faire violence parfois pour me débarrasser de certains objets, pas de soucis. Il y aura des moments difficiles, mais je m’accrocherai. Par contre, ces démarches de recherches et de réflexion pour savoir où/comment/à qui peuvent profiter ces objets dont je n’ai plus l’usage…. pfff, ça me gonfle. Je n’avance pas plus loin que le strict minimum. Et pourtant, jeter par paresse/ manque d’idées ne me plait pas. Donc je vais bien sûr insister. Mais ça me saoule. Je sens que je vais beuguer là-dessus longtemps…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.